La compassion du diable [Fabio M. Mitchelli]




Blake fuyait la solitude, mais elle le rattrapait toujours, l'écrasait, l'étouffait. La seule façon de lutter, c'était de garder à tout jamais en lui, en lui, les chairs de ses victimes...

Deux flics, un tueur. Des corps horriblement torturés. Deux enquêteurs, le cannibale de Cleveland, une traque sans relâche...et vous. Vous et le diable.
Plongez dans les secrets d'une âme criminelle dès le ventre de la mère. Dans la matrice du mal, tout au fond de l'enfer.



 _____________________________________________________________



Une ambiance noire


Pour La compassion du diable, Fabio M. Mitchelli signe un thriller profondément noir. S’inspirant de la vie, du modus operandi de deux célèbres tueurs en série américains qui ont défrayé la chronique et fait couler beaucoup de sang pendant leurs parcours macabres. L’un est surnommé « Le cannibale de Milwaukee », Jeffrey Dahmer qui au cours de sa vie a assassiné 17 jeunes hommes. L’autre, la presse l’a nommé « L’étrangleur de Cleveland », Anthony Sowell a été reconnu coupable de 11 meurtres. Les surnoms parlent d’eux-mêmes, je vous épargne les détails macabres et vous invite à découvrir le récit fictionnel de Monsieur Mitchelli.


Une folie meurtrière qui fait froid dans le dos, vous glace le sang, l’auteur sait s’en servir à bon escient. Sans concession, Fabio Mitchelli ne nous épargne pas. Ames sensibles s’abstenir ! Ce n’est pas une remarque pour donner envie de découvrir cette traque contre le diable, c’est une belle mise en garde.


C’est dans une ambiance sombre, très sombre, se confondant avec le glauque et sous la plume très brutale que « Le cannibale de Cleveland » est né. Bienvenu dans un monde malsain, à la limite du morbide où le pire tueur joue un jeu macabre et nous ouvre malheureusement les portes d’un monde des plus barbares et trashs, celui du cannibalisme et de la nécrophilie entre autre. Vous voyez, ne prenez pas à la légère mon avertissement : âme sensible s’abstenir !


Un page tuner


Dans sa construction, La compassion du diable est un véritable page-turner. Tout d’abord l’auteur nous livre son histoire à travers des chapitres courts, donnant un certain rythme à l’histoire. Quant à l’alternance des points de vue, que cela soit celui de Blake dans son monde de folie et de noirceur, ou ceux des enquêteurs, les flashbacks incessants, accentuent ce rythme endiablé avec son lot de révélations, de rebondissement qui nous rend incapable de lâcher ce livre.


Personnellement j’aime beaucoup ce procédé. On est facilement happé à travers l’écriture de l’auteur dans l’esprit tortueux de notre tueur en série. J’ai adoré, littéralement dévoré la première partie de ce roman. Elle est finement bien menée, très intense. Quant à la seconde partie, elle m’a laissé une impression moins cohérente, plus « brouillonne », plus documentaire… Puis perdant en intensité sur la fin du roman… mais cela reste une bonne histoire.



La compassion du diable de Fabio M.Mitchelli est un roman incroyable, remarquable par la noirceur qui transpire de son histoire. Le tout est vraiment écrit d’une manière addictive, un style percutant qui ne pourra laisser insensible, à défaut d’avoir des personnages attachants.

 _____________________________________________________________
La compassion du diable
Fabio M. Mitchelli
Milady & Fleur sauvage

Je tiens à remercier Milady et Babelio pour l'envoi de ce livre

2 commentaires:

  1. Un roman que j'ai aussi beaucoup aimé ! Très noir, et il faut avoir le cœur bien accroché.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vivement la sortie de son prochain roman chez Bête noire! :p

      Supprimer