Une fôret obscure | Louise Beaulieu et Carrie Callan #1 [Fabio M.Mitchelli]


« Je n'ai rien d'un monstre. Je suis là uniquement pour nourrir l'esprit de la forêt, en lui offrant la chair de la jeunesse. » Daniel Singleton, alias Robert Christian Hansen (1939-2014), le monstre d'Anchorage.

À Montréal, Luka diffuse sur le Web les images des animaux qu'il torture, puis celles de son amant qu'il assassine à coups de pic à glace. Pour enquêter sur une telle affaire, il faut un flic borderline comme Louise Beaulieu.
En Alaska, dans la petite ville de Juneau, deux jeunes filles sont découvertes en état de choc. Pour comprendre, il faut un flic comme Carrie Callan, qui va exhumer les vieux secrets et regarder le passé en face.
Le point commun à ces deux affaires : Daniel Singleton, un tueur en série. Du fond de sa cellule, il élabore le piège qui va pousser Louise à aller plus loin, toujours plus loin... Jusqu'à la forêt de Tongass, là ou le mensonge corrode tout, là ou les pistes que suivent les deux enquêtrices vont se rejoindre.

 _____________________________________________________________

Une forêt obscure a tout du conte macabre et sanglant. Les deux antagonistes de cette histoire sont deux tueurs en série. Librement inspiré du meurtre de Luka Rocco Magnotta ainsi que des crimes de Robert Christian Hansen qui a violé assassiné 17 femmes. Charmant non ?

Plantons le décor de cette lugubre histoire où on plonge directement dans l’horreur. A Montréal, Luka diffuse sur internet les images d’animaux torturés, celles de son amant assassiné à coups de pic à glace. En Alaska, des jeunes filles qui sont découvertes en état de choc… Puis au cœur de ce récit, il y a la forêt de Tongass qui détient de nombreux secrets… Sans oublier, Daniel Singleton, un tueur en série, qui au fond de sa cellule, tisse un jeu machiavélique, digne d’un Hannibal Lecter.


Ce décor lugubre instaure une ambiance froide, pesante et dérangeante mais nous offre aussi un contraste saisissant entre la beauté des lieux et la noirceur de l’âme humaine. Cette noirceur est manié habillement, entre faits réels et fictions. On se retrouve facilement happé par les esprits tortueux de nos tueurs. Malheureusement Fabio M.Mitchelli m’a habitué à mieux concernant l’horreur de ces êtres. La compassion du diable avait été un roman effroyable, une certaine cruauté émanée de ce roman.  Une forêt obscure est moins sombre, moins glauque. Nos deux tueurs sont beaucoup moins terrifiants. De plus, j’ai vraiment eu l’impression que Luka servait juste de prétexte à l’intrigue, juste là pour nous présenter un flic un peu borderline Louise Beaulieu.


J’aime beaucoup le travail de Fabio M.Mitchelli pour nous montrer les fêlures de l’âme humaine. Que cela soit à travers les personnalités des tueurs ou des enquêteurs, cela nous laisse pas insensible.  Par contre j’ai trouvé que Louise Beaulieu et Carrie Callan ont été trop chargés sur le plan émotionnel. Trop de passif au point de les rendre pas spécialement attachantes. Je vous rassure, elles le sont d’une certaine manière, je ne suis pas sans cœur. Par exemple Carrie a une fille gravement malade pour le coup c’est vraiment original. Beaulieu aussi, c’est peut-être dû à la relation malsaine qui s’instaure avec Singleton.


L’excursion dans cette forêt obscure a été très prenante et addictive, ne laissant aucun répit à ses personnages, ni à son lecteur. L’atmosphère froide et dérangeante nous permet d’immerger facilement dans cette histoire. Une aura sombre mais pas effroyable nous berce. Je retrouverais avec plaisir la plume, les tueurs dont Fabio Mitchelli s’inspirent.


 _____________________________________________________________

Une forêt obscure
Fabio M.Mitchelli
Robert Laffont, La bête noire & Éditions Points

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire